promouvoir les artistes femmes - galerie Montréalaise

une idée de sortie à ne pas manquer : la biennale internationale du Lin de Portneuf 2021

Publié par Mirana Lovaniaina RAMANANTSOA - RAJAONA le

Connaissez-vous La biennale du Lin de Portneuf ?

Si ce n’est pas le cas, courrez-y!! A 2h30 de Montréal, 1h de Québec, cette Biennale m'a toujours charmé.

 

Exposée dans le vieux presbytère, l'église et le moulin, la biennale propose tous les deux ans une sélection d'artistes d'ici et d'ailleurs aux démarches artistiques profondes et poétiques. Les œuvres sont agrémentées de lieux d'exposition patrimoniaux au charme séculaire.
L'objectif ici est mettre en lumière les pratiques contemporaines liées au lin, tant d'un point de vue technique que conceptuel.

 

Une fois votre pèlerinage artistique terminé, vous aurez l'occasion de vous promener au bord de la rivière, de faire les antiquaires qui abondent dans la région ou de dégusterles produits artisanaux de la région…

 

L'édition de cette année

Si le thème de l'exposition principale de BILP peut paraître aujourd'hui prémonitoire, les commissaires n'auraient certainement pas pu prévoir qu'une pandémie allait bouleverser la situation sanitaire mondiale lorsqu'ils l'ont choisi, plusieurs mois avant l'apparition du virus. Cela dit, les organisateurs de l'événement ont également dû s'adapter à de nombreux retournements de situation.

EVIREMENTS

Un changement soudain peut donner lieu à des problèmes insolubles ou à des situations de rêve. Soudains ou provoqués, des changements significatifs peuvent être un moteur tant sur le plan personnel que sur le plan social, politique ou écologique. En matière de création, elles donnent souvent accès à des ressources insoupçonnées.

Les artistes choisis pour participer à la Biennale Internationale du Lin de Portneuf sont invités à partager leurs perceptions, leurs appréhensions et leurs expériences face aux retournements.

 

Nos coups de coeur

Tout d'abord, compte tenu de la mission de Fatale Art, nous sommes sensibles au fait que les femmes artistes ont une très bonne représentation dans cette exposition. Ils sont en fait majoritaires...

 

Ensuite, chacun des 20 artistes nous fait susciter des émotions, de la réflexion et de l'émerveillement.

Voici un échantillon.

Montserrat Duran-Muntadas
La femme au mille cœurs
La solidarité en temps de pandémie
 

                      

 
 

En mémoire de sa grand-mère récemment décédée, Montserrat Duran Muntadas propose un éloge funèbre auquel plusieurs femmes ont participé en enveloppant des cœurs en verre soufflé dans du fil de lin crocheté. Ce faisant, elle tente de réinventer une pratique communautaire d'accompagnement des personnes en deuil.

Pour apprendre plus, Cliquez ici.

 

Barb chasse
mycélium
Un réseau de communication à la fois matériel et virtuel

Pour l'artiste, les réseaux qui permettent aux informations et aux idées de se répandre sur le Web sont comme les filaments du mycélium qui permettent aux champignons de se développer et de proliférer. Barb Hunt inscrit des citations, qui témoignent de ses lectures et réflexions sur l'environnement naturel et le monde virtuel, sur un grand mycélium de lin et de coton. Pour ce faire, il utilise les signes du code Morse qui sont illustrés ici par des boutons de différentes tailles.

 

Francesca Pensirini 
Oculus Lucidus
Un laryrinthe d'entrelacs qui lie matiere et Identité

Francesca, que nous représentons chez Fatale art depuis 2019, aborde une question qui lui coûte cher. Pour elle, les compositions dessinées et l'entrelacement des fils représentés sont autant de labyrinthes dans lesquels se perdre pour ensuite faire appel à son sens de l'observation et à sa mémoire pour se retrouver. Le but ultime de cette quête poétique est de trouver ou de redécouvrir sa propre identité.

Cliquez ici pour trouver plus de détails.

  

David Merritt
Une culture de la désuétude
Migrations et adaptations

 

David Merritt met en scène une plante de lin qui serait née de la dispersion de graines dans le vent. Bien que parfaitement adapté à son emplacement, il y a fort à parier que nombre des plantules qui sortiront de sa fertilisation prendront racine ailleurs, encore plus loin.

Nous avons aimé la réflexion sur la migration et le fait que l'œuvre soit vue sur deux étages.

Pour plus d'informations, Cliquez ici

 

Où et quand ?

DU 19 JUIN AU 3 OCTOBRE 2021
Vieux presbytère : 117 rue st joseph
Moulin de la chevrotière : 109, rue de chavigny
Eglise Saint Joseph, 115 rue Saint joseph
Presbytère Saint Charles des grondines : 490, chemin du Roy

← Article précédent Article suivant →

fr