promouvoir les artistes femmes - galerie Montréalaise

Eve, la bad girl originelle : un archétype complexe dans l'art

Publié par Camille Cazin le

Dans le cadre de l'exposition EVE DANS LE JARDIN DE POMMES, nous voulions vous expliquer notre fascination pour Eve, la première femme FATALE... si l'on s'en tient à l'histoire chrétienne.

 

Cet article retrace l'histoire du Mythe d'Ève, sa propre genèse en quelque sorte. Il explique également comment le pouvoir de l'art a été utilisé pour diffuser des messages dont les femmes subissent encore les conséquences.


CET ARTICLE EST UN RÉSUMÉ DE

Du jardin d'Eden à « Killing Eve » : déconstruire la première femme dans l'art

par Lydia Figes, créatrice de contenu chez Art UK

 

Selon l'histoire de la création dans le livre de la Genèse, la première femme – Eve – était responsable de la «chute de l'homme» et de la mort de nos âmes mortelles lorsqu'elle a mangé le fruit défendu dans le jardin d'Eden. En raison de son comportement mauvais (et plutôt fruité), Eve est l'une des femmes les plus peintes de l'histoire de l'art occidental. C'est un archétype compliqué qui représente le désir, la honte et le péché originel. Son histoire est profondément enracinée dans la psyché de la civilisation occidentale et de l'histoire de l'art. Réévaluons la figure complexe d'Eve - la mauvaise fille originale.

Tout d'abord, examinons si la figure symbolique d'Ève trouve son origine dans l'histoire de la création biblique.

Saviez-vous que l'allégorie existait avant l'époque où la Bible hébraïque a été écrite?

Les preuves suggèrent que l'histoire d'Adam et Eve est dérivée de l'ancienne mythologie babylonienne et mésopotamienne. Dans l'ancienne Mésopotamie, la déesse Ninti, dont le nom signifie « dame de la côte », a été créée par la déesse mère Ninhursag pour soigner la côte malade d'Enki (le dieu de l'eau). Quand Enki a mangé les fleurs interdites, il a été maudit par Ninhursag pour sa désobéissance.

Cette ancienne légende a clairement influencé l'histoire de la création dans la Genèse, dans laquelle Dieu crée Eve à partir de la côte d'Adam. Cependant, les rôles de genre sont inversés dans les versions prébibliques de l'allégorie.

La figure d'Eve est également liée à des dizaines d'autres déesses préhistoriques et païennes datant de l'âge du bronze, notamment la déesse hourrite Khepat, la déesse-mère sémitique Asherah, et même l'ancienne déesse grecque de l'amour, Aphrodite.

Comme Eve, Aphrodite a souvent été représentée avec une pomme à la main. Dans le mythe grec, l'histoire du Jugement de Paris voit le prince troyen Paris offrir à Aphrodite la pomme d'or.

Pendant des siècles, les artistes ont proposé leurs propres interprétations de l'histoire. Mais selon Stephen Greenblatt, auteur de L'ascension et la chute d'Adam et Eve, ce n'est qu'à l'époque de la Renaissance que de nouveaux modes de représentation et de technologie ont réussi à propager le mythe de la création, donnant vie à l'histoire.

 

Crédit photo : The British Museum, CC BY-NC-SA 4.0

Adam et Eve

1504, gravure d'Albrecht Dürer (1471-1528)

 

L'une des représentations les plus célèbres d'Adam et Eve est celle du graveur allemand de la Renaissance. Albrecht Dürer, dont la gravure a été réalisée en 1504. La représentation de Dürer a rapidement circulé dans toute l'Europe grâce au nouveau médium de l'imprimerie – la gravure sur cuivre qu'il utilisait pouvait être reproduite plusieurs fois. Des milliers de personnes dans l'Europe du XVIe siècle auraient vu l'image puissante de Dürer et auraient cru assister aux véritables ressemblances du premier homme et de la première femme.

Comment l'archétype d'Ève en est-il venu à représenter la féminité ?

Au-delà de l'histoire de la création biblique, la figure d'Ève dans l'imaginaire populaire est la source de nombreux protagonistes féminins, à la fois historiques et fictifs - de Jézabel et Médée à Pandore, Dalila et Salomé. Toutes ces femmes bien connues et « mal élevées » ont régulièrement réapparu dans l'histoire de l'art et la littérature occidentales. Ces stéréotypes négatifs, entourant les images de la féminité, ont sans doute contribué à la persécution des «sorcières», en particulier dans l'Europe médiévale et de la Renaissance.

Comme Eve, qui a été interprétée comme une séductrice qui a exploité sa sexualité pour gagner du pouvoir sur Adam, d'autres stéréotypes féminins négatifs associent souvent le péché à la sexualité. Dans les années 1880, le dispositif littéraire et le symbole de la «femme fatale» étaient couramment utilisés pour désigner une femme folle de sexe, séduisante mais dangereuse.

Pourquoi le mythe de la création et la figure d'Ève continuent de nous fasciner ?

L'histoire d'Eve a eu un impact plus profondément négatif sur les femmes que toute autre histoire mythologique ou biblique. Pendant des siècles, l'histoire de la création a été utilisée par l'Église et la société chrétienne dans son ensemble pour justifier les attitudes patriarcales et l'assujettissement des femmes.

Pourtant, l'ironie est qu'Eve est une contradiction. Comment peut-elle être intentionnellement méchante, mais aussi crédule, stupide et faible à la fois ? Néanmoins, le pouvoir éternel et symbolique d'Ève continue de saturer la culture populaire contemporaine. Si vous regardez Bons présages, basé sur le roman de Neil Gaiman et Terry Pratchett, vous remarquerez qu'Adam et Eve sont dépeints comme des personnages noirs. Cela est peut-être lié à la théorie de la 'Ève mitochondriale' – la première femme qui pourrait être un ancêtre commun à tout le monde aurait été originaire d'Afrique, et donc noire, plutôt que blanche, comme elle a été représentée tout au long de l'histoire de l'art occidental.

Concernant l'avenir d'Eve dans l'art, la balle est bien dans le camp des artistes...

Si vous voulez voir comment nous essayons de redéfinir le mythe d'Eve, venez nous rendre visite à Eve dans le jardin des pommes. 

← Article précédent

fr