promouvoir les artistes femmes - galerie Montréalaise

Art, féminisme et écologie: entretien avec la commissaire Julia Rajacic.

Publié par Camille Cazin le

Pour beaucoup d'entre nous, les dommages irréparables causés à notre environnement naturel sont devenus une pensée plus courante et plus pressante. Sans surprise, le monde de l'art, souvent considéré comme le miroir de notre société - ses évolutions et ses écueils -, a brillé sous un jour nouveau et fait prendre conscience de notre relation précaire actuelle avec la terre sur laquelle nous nous trouvons. Comme l'histoire nous l'a si souvent rappelé, les femmes et la nature partagent un lien intime et féroce depuis leurs deux créations. Nous demandons à la commissaire d'art Julia Rajacic, en quoi l'art des femmes témoigne que cette relation fondamentale reste résiliente, alors que nous voyons l'environnement se rebeller contre la société.

 

Julia, vous avez concentré votre recherche curatoriale sur la question du genre dans l’art contemporain. En particulier, vous avez organisé l'émission itinérante Gaia, qui explore la relation entre le genre et l'écologie. Pouvez-vous nous en dire plus?

 

Le projet d'exposition Gaia est parti d'un constat: l'universalité de la Terre Mère en tant que figure mythologique. Qu'elle s'appelle Terra Mater, Pachamama ou Gaia, cette figure féminine de la Terre est présente dans les contes d'origine de nombreuses civilisations. De ce constat, j'ai trouvé intéressant de rassembler des artistes du monde entier autour de la question de la contemporanéité de ce mythe ancestral.

Si certains artistes ont répondu à l'appel par une réinterprétation esthétique de la Terre Mère, d'autres ont exploré le lien qui unit efficacement les femmes et les changements écologiques dans notre société contemporaine, abordant ainsi visuellement certains thèmes abordés par l'écoféminisme.

Mamoune l'Artiste, «Pachamama» 

Dans ce dernier cas, les artistes dépeignent les femmes non seulement comme des victimes des changements écologiques, mais aussi comme des acteurs fervents de la transition écologique. Par exemple, on sait que le changement climatique affecte principalement les femmes, qui représentent 75% des réfugiés environnementaux. D'autre part, les femmes ont joué un rôle clé dans de nombreux mouvements écologiques, comme la lutte Chipko Andolan initiée par les villageois indiens de la région de Garhwal, qui consiste à encercler les arbres avec leurs bras pour lutter contre la déforestation.

 

Vous avez évoqué plus tôt l'écoféminisme. Pouvez-vous nous en dire plus? 

 

L'écoféminisme est un mouvement qui relie l'oppression patriarcale à l'exploitation de la nature par les humains. Cette idée a été conceptualisée pour la première fois par Françoise d’Eaubonne, auteure féministe française, également amie et biographe de Simone de Beauvoir. Dans son livre de 1974 «Féminisme ou mort», Françoise d’Eaubonne décrit comment la matrice idéologique permettant la domination des hommes sur les femmes est la même que celle qui sous-tend la domination des hommes sur la nature.

De nos jours, il y a deux tendances principales dans ce mouvement. Le premier se concentre principalement sur les aspects socio-économiques. Il dénonce la position d'externalités économiques dans lesquelles tant les ressources naturelles que de nombreuses femmes sont reléguées, exploitées par le système économique, sans recevoir aucune rémunération (une grande partie du travail domestique, encore majoritairement assuré par les femmes, n'est pas reconnu comme un travail productif). Cet écoféminisme socio-économique est répandu dans les pays du Sud, et s'ajoute aux deux dominations croisées de la femme et de la nature, celle de la domination coloniale et post-coloniale.

 

«Qu'est-ce que la logique sans émotion?

Qu'est-ce que la raison sans humanité et sans compassion?

Ce n'est que Danger et Destruction "

Elena Lezhen, «Birdman»

 

La seconde tendance réside dans un écoféminisme spirituel, mystique et poétique. Il repose souvent sur des croyances polythéistes ou animistes et prône un retour à une relation plus harmonieuse avec la Terre Mère. 

Et dans le domaine de l'art? 

D'un point de vue artistique, je trouve l'écoféminisme particulièrement fertile, en ce qu'il questionne les dualismes solidement ancrés depuis des siècles dans les sociétés occidentales: Masculin / Féminin, Humain / Nature, Raison / Émotion, Objectif / Subjectif. En préconisant de dépasser ces conceptions dualistes, ce mouvement porte en lui un fort potentiel subversif.

Plusieurs artistes pionniers de l'art écoféministe m'ont inspiré dans la création du spectacle Gaia. Je pense surtout à l'interprète cubaine Ana Mendietas et à ses performances Silueta, de l'artiste australienne Jill Orr et de sa série photographique Arbre qui saigne, mais aussi d'Helene Aylon et de sa pièce Ambulance terrestre.

  

Gauche: Ana Mendieta, Silueta, 1981 / Droite: Jill Orr, Bleeding Tree, 1979

 

Le 22 avril est la Journée internationale de la Terre. Pouvez-vous nous présenter quelques artistes dont les œuvres se concentrent sur notre relation à la planète bleue? 

 

De nombreux artistes offrent une nouvelle perspective sur notre relation à la Terre et nous donnent même quelques suggestions pour fonder une nouvelle relation à notre environnement.

Je pense en particulier à la peintre ukrainienne Elena Lezhen et à ses mondes imaginaires, où des images de la nature et des personnages à caractère humain se confondent, mettant en évidence leur interconnexion et leurs similitudes. Lezhen honore des valeurs telles que les émotions, les sensations et l'intuition, historiquement dévalorisées et traditionnellement liées au féminin. 

Je citerai également Jisook Min, un artiste franco-coréen qui propose une reconnexion sensorielle avec l'élément Terre. À travers des performances et des installations, l'artiste collectionne cette matière sur laquelle nous marchons et vivons, mais avec laquelle nous avons perdu contact dans nos environnements de plus en plus urbanisés.

«J'ai creusé un trou pour regarder l'odeur de la Terre. Avec l'odeur de la Terre, je médite »

Jissok Min, Trou de méditation, 2000

 

Enfin, je nommerais Laura Sanchez Filomeno, une artiste textile qui crée de la broderie en utilisant les cheveux humains comme matière principale, produisant ainsi des œuvres avec une nouvelle signification et une beauté inhabituelle. En donnant vie à des éléments résiduels, considérés comme des déchets par notre société, l'artiste s'intéresse particulièrement à l'expérience d'Attraction / Répulsion ressentie à la vue de ces résidus corporels.

 

Laura Sanchez Filomeno, Spondilus Gaederopus, 2015-2016

JULIA RAJACIC: 

Commissaire d'art franco-serbe, Julia Rajacic s'intéresse aux thèmes de l'identité et du genre dans la création contemporaine. Elle favorise le dialogue entre les artistes, le public et les institutions en stimulant une émulation artistique collective. À travers la création de projets Off-Sites, la commissaire souhaite mettre en valeur une scène sous-représentée, vers un public parfois oublié.

Julia Rajacic a récemment co-organisé la Triennale internationale des médias étendus de Belgrade et a travaillé comme conservatrice pour l'Institut français, l'ambassade de la République de Corée et l'Istituto Italiano di Cultura.

 

 

Pour plus d'informations sur l'écoféminisme et l'art:

 

ecofeminisme ecologie feminism nature and art

← Article précédent Article suivant →

fr