Entrevue avec Emma Sutherland : Art, féminisme et transition

Quand nous avons découvert le travail d’Emma Sutherland sur les réseaux sociaux, nous sommes immédiatement tombées amoureuses de son travail, a la fois delicat et provocateur. Nous avons aimé le jeu des textures, toujour omniprésent dans ton travail. Il y a quelque chose d’a la fois suranné et résolument contemporain dans sa signature esthétique qui nous touche profondément. Nous voulions en savoir plus sur cette artiste qui nous apprécions tant.

 

 

Pouvez-vous décrire votre démarche artistique en quelques mots?

Les premiers mots qui me viennent à l’esprit sont reconversion, transition et transformation. Si l’énergie ne peut pas être créée ou détruite, elle passe par un cycle : un cycle de vie, de mort et de renaissance et c’est ce que mon travail explore.

 

Comment décririez-vous votre routine en studio?

 

Je pense qu’il est important de se présenter, que je me sente ou non créatif. Soit je travaille sur un concept clair, soit j’essaie de jouer.  Prendre un temps pour jouer a peu de conséquences et c’est justement cela qui vous conduit à cette révélation que vous attentiez.

Ajoutez à cela beaucoup de café et une bonne playlist.

 

Quelle quantité de travail est exécutée intuitivement par rapport à celle planifiée?

 

Je pense que c’est un peu des deux. Avoir une démarche artistique claire aide et je tiens un journal des idées créatives que j’ai. Mais une fois que j’ai commencé un morceau, je pense qu’il évolue naturellement.

 

Vous fabriquez vos propres matériaux à partir de récupération, est-ce une démarche politique concernant l’accélération du changement climatique ?

 

Cela en fait définitivement partie, j’ai réalisé combien de déchets je créais rien que de mon art et j’ai pensé qu’il était important de trouver une solution. Je voulais aussi donner une nouvelle vie et une nouvelle appréciation aux matériaux, ce qui fait écho à ma démarche artistique.

 

Certains de vos travaux comportent des objets figuratifs tandis que d’autres plus abstrait et texturé. Les considérez-vous comme différents corps de travail ou différents thèmes d’une idée?

 

Je vois toutes mes œuvres d’art comme un corps unique et j’explore ce thème en créant des sous-ensembles de travail plus petits.

 

Si vous pouviez collaborer avec n’importe quel autre artiste dans le monde, qui serait-ce?

 

Hannelore Baron (mort):

Il y a tellement de profondeur et de texture dans ses collages et ses œuvres en technique mixte. Son sens esthétique et sa démarche artistique m’intéresse beaucoup, mais la femme derrière les œuvres me fascine tout autant. Son travail se concentre sur la condition humaine et l’a aidée à exprimer et à intégrer sa propre histoire. Enfant, elle a fui l’Allemagne nazie et a été témoin d’un événement traumatisant qui l’a conduit à l’agoraphobie et à des dépressions nerveuses une fois devenue adulte.

Juno Calypso (vivante):

Je suis immédiatement tombée amoureuse de son travail, elle explore les question autour de la féminité. Sa palette de couleurs et son choix d’emplacement pour ses photographies sont le kitch et le mauvais goût personnifiés, et malgré cela  il y a une beauté délicate et inquiétante qui hypnotise.

 

En tant qu’artiste, pensez-vous que votre carrière a été influencée, d’une façon ou d’une autre, par le fait que vous êtes une femme?

 

Lorsque j’ai commencé à vendre mon travail, j’ai envisagé d’utiliser un pseudonyme masculin, je pense que cela en dit long sur la façon dont j’ai vu le monde de l’art il y a 10 ans. Maintenant, je suis heureuse que nous ayons des plateformes et des réseaux où les femmes artistes peuvent être soutenues et encouragées, ce qui a eu un impact positif sur ma carrière. Lentement, nous réécrivons l’histoire et entendons les voix des femmes artistes qui ont été réduites au silence pendant des siècles. Cela me donne de l’espoir pour l’avenir.

 

Fatale Art est une galerie d’art qui représente les femmes artistes, que pensez-vous de ce genre d’initiatives?

 

Les initiatives qui promeuvent les femmes artistes sont extrêmement importantes, le monde de l’art n’est pas à l’abri des inégalités entre les sexes et toute plate-forme qui peut essayer de combler l’écart est une bonne chose. Il existe une multitude de raisons complexes pour lesquelles les femmes sont désavantagées dans n’importe quelle carrière, mais surtout dans les arts. L’histoire a toujours favorisé l’artiste masculin. Faire en sorte que les femmes soutiennent les femmes est un moyen de faire avancer le monde de l’art.

 

A propos d’Emma Sutherland: 

Emma Sutherland est une artiste visuelle née et élevée à Édimbourg, principalement autodidacte, elle travaille à plein temps depuis son home studio à Newhaven qui surplombe le Firth of Forth. Le flux et le reflux de l’eau influencent grandement sa profonde réflexion sur l’univers et tout ce qu’il contient. Évoluant de son premier amour, la peinture, la fabrication de ses propres médiums l’a amenée à un large éventail de disciplines qui incluent désormais le collage, le textile et la sculpture.

 

Pour voir les oeuvres disponibles d’Emma Sutherland, cliquez-ci 

Leave a comment