SHOOT! de Annie France NOËL

SHOOT!

 

Prendre une photo.

Capter une image.

Pointer le viseur.

 

Que ce soit par les pixels ou les réactions physico-chimiques de l’argentique, la photographie est un outil d’appropriation. Le regard de la caméra perce l’espace-temps pour créer une empreinte du sujet. L’opérateur cadre et capture selon ses désirs. Son oeil dicte l’histoire qui s’en suit.

 

  • ••

 

Je regarde mon univers à travers des lentilles depuis ma tendre enfance.

Quel cliché pour moi de devenir une artiste qui privilégie le médium photographique.

 

Depuis longtemps, j’invite les gens à se donner à ma pratique par leurs corps, leurs temps, leurs expériences et leurs présences. J’examine les univers qui m’habitent par le portrait d’autrui. Je crée des liens entre elles et moi, pour qu’on puisse mieux se comprendre. Des relations s’en suivent. Les conversations persistent au-delà de l’atelier. J’en suis transformée toujours.

 

Pourtant, depuis un an, un malaise s’est installé en moi.

La réalisation de la violence potentielle de l’appareil photographique a envahi toutes mes pensées créatives. Un apprentissage sur l’histoire coloniale de la caméra m’a donné une toute nouvelle perspective. Les gains reçus par la générosité de mes sujets me rendent inconfortable.

 

Je tente toujours d’être respectueuse et douce, je reçois une confiance absolue de mes collaboratrices et j’ai essayé de démanteler les dynamiques de pouvoir dans la prise d’image du mieux possible. Malgré tout, l’inconfort demeure, bien ancré. Je dois me confronter au point tournant qui se dévoile devant moi.

 

Cette intimité dont je recherche dans et par le corps…

Attachée de si près à une vulnérabilité que je chéris…

L’isolation de la condition humaine qui enveloppe nos mondes intérieurs…

Tout ce qui existe dont la parole ne peut traduire…

 

C’est par ma personne que ces recherches doivent avancer.

Je dois me donner entière à ma pratique.

Offrir mon propre corps, ma propre représentation.

Plonger dans mon intimité et la partager sans réserve.

Proposer une ouverture sur mon invisible par l’autoportrait.

Afin de mieux se comprendre.

 

Leave a comment